Impact économique

Les habitants qui résident près des éoliennes et qui en ont les moyens vendront leurs maisons, même à vil prix et iront habiter ailleurs. Ceux moins fortunés devront rester sur place. Ce sont donc les bons contribuables des communes qui quitteront notre territoire !

Au niveau du développement énergétique et financier, faut-il vraiment que la Suisse imite la France !

La nouvelle est passée inaperçue en Suisse : Après l’Angleterre, le Danemark et l’Espagne, l’Allemagne vient de programmer l’arrêt du développement des éoliennes.

Pour son électricité, un ménage allemand paie déjà deux fois plus qu’un ménage français. Le développement éolien augmenterait encore le tarif. Mme Merkel, comprenant que cette politique menait à une impasse, a décidé récemment d’y mettre un terme.

A l’inverse, les gouvernements suisse et français continuent dans cette voie en invoquant un retard par rapport à l’éolien outre-Rhin. Les éoliennes sont importées d’Allemagne… nous sommes donc taxés pour subventionner les emplois de travailleurs allemands ! La facture d’électricité va exploser grâce à la RPC (redevance au prix coûtant). Les lobbies industriels profitent de ces subventions et prospectent en écumant le pays à la recherche de nouvelles parcelles pour implanter encore des éoliennes…c’est la ruée sur les Municipalités rurales, plus faciles à convaincre… Les consommateurs vont devoir payer pour alimenter les promoteurs qui font fortune en profitant du business écolo éolien, c’est ce qu’affirme J-L. Butré, président de la Fédération environnement durable.

Seules ces aides publiques expliquent le développement de cette technique peu efficace chez nous avec une production énergétique non seulement faible mais surtout intermittente… On parle de moins de 20%… : dans l’histoire des sciences, aucune technologie si peu performante n’a résisté longtemps. Ajoutons à cela les dégâts environnementaux (bruit, esthétique, impact sur la nature, diminution de la valeur immobilière, …) non négligeables.

Une décision s’impose : Suspendre immédiatement le programme éolien, auditer sérieusement cette filière et commencer par construire une base solide d’une véritable politique énergétique : économie et recherche de stockage de l’électricité, avant tout développement d’énergie intermittente.